Sommaire

 

Peu de médicaments sont autorisés pendant la grossesse.

La prise de médicaments doit être adaptée au type de patient :

Médicament et grossesse : des risques réels

  • Prendre des médicaments pendant la grossesse exige la plus grande prudence.
  • Tout produit pharmaceutique peut entraîner des risques sur la santé du bébé in utero puis une fois qu'il est né.
  • Certains médicaments entraînent :
    • des fausses couches,
    • des répercussions sur la santé du bébé tout au long de sa vie future.
  • Les pharmaciens et médecins reçoivent des directives drastiques de la part des autorités sanitaires afin que toute prescription à l'intention d'une femme enceinte soit considérée avec vigilance.

Pharmacien

Article

Lire l'article Ooreka

Grossesse : un guide pour les professionnels de la santé

  • Médecins, pharmaciens et spécialistes disposent d'un guide des médicaments et de leur niveau de toxicité selon les différentes étapes d'une grossesse, c'est-à-dire :
    • après la nidation,
    • au stade embryonnaire,
    • après le 3e mois de grossesse.
  • Ce guide donne des indications précises sur chaque médicament et les risques qu'il représente.
  • Les médicaments sont répertoriés par couleur, chacune d'elle correspondant à une catégorie, à savoir :
    • les médicaments autorisés,
    • les médicaments pouvant être envisagés,
    • les médicaments à éviter,
    • les médicaments déconseillés,
    • les médicaments formellement contre-indiqués.
Lire l'article Ooreka

Des médicaments inutiles pendant la grossesse

  • De nombreux traitements sont jugés inutiles pendant la grossesse.
  • Le rapport bénéfice/risque de certains médicaments a été étudié.
  • Parmi les produits actifs jugés inutiles, on retrouve :
    • les médicaments antitussifs,
    • les vitamines,
    • les antalgiques, dont ceux contenant de la codéine,
    • les anti-inflammatoires. (l'ANSM rappelle que les anti-inflammatoires non stéroïdiens -AINS type ibuprofène, kétoprofène, diclofénac, etc.- et l'acide acétylsalicylique sont contre-indiqués au-delà de 24 semaines d'aménorrhée car ils peuvent être toxiques pour le fœtus quelle que soit la voie d'administration).
Lire l'article Ooreka

Une bonne hygiène de vie plutôt que des médicaments

Médicament et grossesse, ce n'est pas une obligation ! L'ANSM rappelle que des alternatives médicamenteuses et non médicamenteuses existent quel que soit le terme de la grossesse.

Par ailleurs, de nombreux maux peuvent disparaître, voire ne pas apparaître, si la femme enceinte adopte une bonne hygiène de vie :

  • arrêt du tabac,
  • non-consommation de produits alcoolisés,
  • activité physique douce et régulière,
  • alimentation diversifiée, équilibrée, suffisante mais non excessive,
  • un sommeil régulier et suffisant.

En adoptant une bonne hygiène de vie le plus tôt possible, la femme enceinte aura moins besoin de médicaments.

Lire l'article Ooreka