Sommaire

On appelle antibiothérapie le traitement des maladies infectieuses, causées par certains micro-organismes (bactéries ou protozoaires), à l'aide d'un ou plusieurs médicaments antibiotiques. Qu'elle soit préventive (antibioprophylaxie) ou curative, l'antibiothérapie est la technique thérapeutique la plus employée pour empêcher la prolifération d'un grand nombre de germes pathogènes et éviter les complications des infections. Cependant certains risques peuvent diminuer son efficacité et en limiter son usage. Les risques, les recommandations et les conseils liés à l'antibiothérapie, dans notre article.

Prescription de l'antibiothérapie

La prescription d'une antibiothérapie est réservée au médecin qui doit d'abord évaluer l'opportunité du traitement, puis choisir le (les) antibiotique(s) le(s) mieux adapté(s), en définir la posologie, préciser la durée estimée du traitement et vérifier son efficacité. 

Les infections bactériennes, qui ont diverses localisations de départ (ORL, urinaires, gynécologiques, cutanées, dentaires), peuvent rapidement se compliquer en se généralisant (septicémies). En présence de certains signes cliniques d'infection (fièvre, douleurs, inflammation, ganglions...), le médecin doit souvent prescrire des antibiotiques en urgence.

Divers outils d'aides décisionnelles, élaborés par des experts médicaux, sont mis à sa disposition pour guider son choix de prescription et d'administration d'un ou plusieurs antibiotiques efficaces.

Choix de l'antibiotique pour débuter l'antibiothérapie

Plusieurs facteurs influencent le choix de l'antibiotique :

  • le type d'agent infectieux à traiter, qui peut être déterminé par l'examen bactériologique d'un prélèvement (sang, salive, urine, selle, sécrétion...) ;
  • la résistance de la bactérie mise en cause qui peut être précisée par la réalisation d'un antibiogramme : examen microbiologique qui évalue la sensibilité d'un germe donné vis à vis de différents antibiotiques ;
  • la localisation de l'infection : chaque classe d'antibiotiques est caractérisée par sa diffusion dans l'organisme et sa capacité à se concentrer préférentiellement dans différents tissus corporels (poumons, reins, os, intestin...) ;
  • le spectre d'action de l'antibiotique (ensemble des bactéries qu'un antibiotique peut traiter) : les différentes classes d'antibiotiques disponibles ne sont efficaces que sur certaines espèces bactériennes ;
  • l'état physiopathologique du malade (grossesse, insuffisance hépatique ou rénale, déficience immunitaire...). 

Antibiothérapie : choisir la voie d'administration

L'efficacité de l'antibiothérapie peut varier en fonction de sa voie d'administration :

  • la voie orale (comprimé, gélule, sirop, sachet) est bien adaptée au traitement des infections courantes ;
  • la voie intraveineuse est généralement réservée aux infections sévères ;
  • la voie intramusculaire est parfois nécessaire pour les antibiotiques dont l'absorption digestive est faible ;
  • d'autres voies (pulmonaire, vaginale, cutanée, oculaire...) peuvent être plus adaptées pour une administration sur le site même de l'infection.

Posologie et durée du traitement

La dose à administrer et la fréquence des prises sont généralement calculées en fonction du poids du malade, elles peuvent être augmentées selon la gravité de l'infection ou ajustées selon l'état de santé et la tolérance de chaque patient.

La durée de l'antibiothérapie curative est variable de quelques jours à plusieurs mois. Le traitement doit être poursuivi jusqu'à ce que tous les germes pathogènes traités soient éliminés de l'organisme afin d'éviter un risque de rechute de la maladie ou le risque de favoriser la résistance de la bactérie. La durée moyenne de traitement est estimée en fonction de la gravité de la pathologie mais elle peut être prolongée si les résultats obtenus ne sont pas suffisants.

Antibiothérapie : quels risques ?

Plusieurs risques propres aux médicaments antibiotiques peuvent diminuer l'efficacité de l'antibiothérapie et/ou en limiter son usage. Un des principaux risques de l'antibiothérapie est la diminution de l'efficacité des antibiotiques due au phénomène de résistance acquise des bactéries : l'utilisation massive et parfois mal adaptée des antibiotiques a permis à certaines bactéries de devenir résistantes à de nombreux antibiotiques et les infections sévères qu'elles provoquent sont aujourd'hui très difficiles à soigner.

D'autres risques sont liés aux effets indésirables des antibiotiques. Les plus connus sont :

  • Des réactions d'allergie cutanées (rougeurs, démangeaisons...) ou générales (œdème de Quincke, choc anaphylactique). Elles sont plus fréquentes avec certaines classes d'antibiotiques comme les bêta-lactamines (pénicillines et céphalosporines) ou les sulfamides. Leur survenue impose l'arrêt du traitement et contre-indique l'emploi ultérieur de la classe d'antibiotiques concernée.
  • Des intolérances digestives provoquant des nausées et vomissements qui rendent inefficace le traitement par la voie orale.
  • Une modification ou une destruction de la flore intestinale se traduisant par des diarrhées et une diminution des défenses immunitaires. Elle peut être corrigée par la prise de probiotiques ou de yaourts apportant des bacilles lactiques.
  • Une augmentation des risques de lithiase urinaire (on retrouve des bactéries multirésistantes dans certains calculs calciques), notamment chez les patients jeunes (le risque reste significatif jusqu’à 5 ans après le traitement même si le risque est plus grand juste après).
  • L'apparition de mycoses sur la peau, dans la cavité buccale ou au niveau de l'appareil génital, qui sont également dues au déséquilibre des flores  microbiennes. Elles peuvent être traitées par des médicaments antifongiques.
  • Des toxicités (hépatique, cardiaque, neurologique, sanguine, auditive, rénale...). Elles sont particulières à chaque classe d'antibiotiques et doivent être prises en compte lors de l'instauration du traitement pour éviter les contre-indications physiopathologiques et les interactions possibles en cas d'associations à d'autres médicaments.
  • Un risque de photosensibilisation, qui déconseille l'exposition aux rayons solaires avec certains antibiotiques (tétracyclines, sulfamides, quinolones...). 

Antibiothérapie : conseils et recommandations

Une surveillance médicale est indispensable au bon déroulement d'un traitement antibiotique. Elle doit être accompagnée de précautions d'emploi et de recommandations faites au patient.

Si vous devez suivre une antibiothérapie pensez à : 

  • signaler au médecin, avant la prescription, les allergies et les intolérances connues ;
  • respecter les doses, l'horaire des prises et poursuivre le traitement (sauf si intolérance) aussi longtemps que le médecin l'a indiqué ;
  • n'associer aucun autre médicament sans avis médical et le cas échéant préciser au médecin les médicaments déjà pris quotidiennement ;
  • boire beaucoup d'eau pour faciliter l'élimination des germes infectieux et des antibiotiques ;
  • surveiller sa température corporelle et l'apparition de nouveaux symptômes (signes d'évolution de la maladie ou effets secondaires) nécessitant une consultation du médecin ;
  • éviter de s'exposer au soleil ou aux rayonnements UV et porter un vêtement pour se protéger de toute exposition directe importante au soleil pendant toute la durée du traitement et quelques jours suivant l'arrêt si le médicament est photosensibilisant ;
  • utiliser des probiotiques en cure de 10 jours pour restaurer les flores microbiennes.