Sommaire

L'alcool à 70° est une solution antiseptique et désinfectante d'éthanol à usage médical externe. Sa vente, longtemps réservée aux pharmacies, est maintenant libre et l'on peut aujourd'hui très facilement s'en procurer en supermarché. On le trouve aussi fréquemment dans les trousses de premiers secours. Bien qu'efficace, il doit toutefois être employé avec prudence en raison de certains risques. Faisons le point.

Alcool à 70° : ses caractéristiques

Fabrication de l'alcool à usage médical 

L'alcool médical est de l'alcool éthylique ou éthanol (alcool primaire de formule chimique C2H5OH) que l'on retrouve aussi dans les boissons alcoolisées. C'est un liquide incolore, très inflammable et soluble dans l'eau, reconnu pour son pouvoir antiseptique et désinfectant.

La fabrication de l'alcool destiné à une utilisation médicale doit respecter des normes strictes : il est synthétisé à partir d'un mélange d'éthylène (dérivé du pétrole) et d'eau, puis il doit être purifié pour éliminer les impuretés toxiques (méthanol, acétone, métaux lourds...) et concentré par distillation.

L'alcool pur à 95 % ainsi fabriqué peut être dilué avec de l'eau distillée pour obtenir un alcool de degré alcoolique inférieur : le degré alcoolique ou titre alcoométrique correspond à la proportion d'alcool absolu dans une solution alcool + eau.

Lire l'article Ooreka

Les différents types d'alcools à 70° commercialisés

Pour éviter l'usage détourné de l'alcool médical à des fins de fabrication de boissons alcoolisées ou de consommation alimentaire, les fabricants y ajoutent des additifs non comestibles.

Aujourd'hui, deux types d'alcools à 70° avec additifs sont commercialisés dans les pharmacies, parapharmacies, supermarchés et drogueries :

  • L'alcool à 70° modifié, de couleur jaune, qui contient une petite quantité de tartrazine (colorant jaune) et du camphre très odorant. Il peut être utilisé pour l'antisepsie de la peau.
  • L'alcool à 70° dénaturé, par ajout de produits chimiques, tels que le méthanol, l'alcool isopropylique ou l'alcool butylique, et parfois de colorant bleu. Il est réservé à un usage technique de désinfection des objets et des surfaces inertes. 

Comment utiliser l'alcool à 70° ?

L'alcool à 70° est un antiseptique et un désinfectant local à action rapide. Il détruit de nombreux micro-organismes (bactéries, virus, levures...) en dissolvant leurs membranes lipidiques et en dénaturant leurs protéines.

En usage médical, il peut être employé comme :

  • antiseptique (on utilise l'alcool modifié) pour :
    • la préparation de la peau avant injection ou ponction ;
    • l'antisepsie des petites plaies peu étendues, en badigeon avec une compresse ou en pansement humide. 
  • désinfectant (on utilise l'alcool modifié ou dénaturé) des petits objets (instruments médicaux, ciseaux, pinces à épiler, thermomètres...) et des surfaces inertes.

Alcool à 70° modifié : mises en garde et précautions d'emploi 

Rappelons d'abord que l'alcool à 70° médical ne peut être utilisé qu'en usage externe.

Pour éviter les risques encourus, il est essentiel de respecter quelques recommandations et conseils d'utilisation.

  • L'alcool antiseptique est contre indiqué : 
    • chez les nourrissons de moins de 30 mois ;
    • en présence d'antécédents d'hypersensibilité à l'un de ses composants (réactions allergiques, notamment cutanées).
  • Son application sur une plaie est douloureuse et peut retarder la cicatrisation. Dans la plupart des cas, il est préférable de choisir un autre antiseptique. 
  • Il ne faut pas l'utiliser :
    • sur des surfaces étendues ou sur une peau trop sensible (muqueuses, seins) en raison du risque de passage transcutané ;
    • sur des plaies étendues en raison de sa causticité et du risque de résorption cutanée.
  • Son emploi sous pansement occlusif doit être de courte durée pour éviter d'augmenter le risque de sensibilisation.
  • L'alcool éthylique peut franchir la barrière placentaire et également se retrouver dans le lait maternel. Il est préférable de ne pas l'utiliser pendant la grossesse, ni l'allaitement.
  • Son emploi pour aseptiser la peau avant un prélèvement de sang peut fausser le résultat de certaines analyses (glycémie ou alcoolémie).

Des risques particuliers peuvent être liés aux additifs de l'alcool modifié :

  • La tartrazine (colorant E102) peut favoriser les réactions allergiques, en particulier chez les personnes allergiques à l'aspirine (réactions croisées entre la tartrazine et l'aspirine).
  • La présence de camphre (dérivé terpénique) peut entraîner à des doses excessives des accidents neurologiques et convulsions chez les enfants et les adultes à risque épileptique.