Sommaire

La pupille est la zone la plus foncée, située au centre de l’iris. Le fait d’avoir les pupilles dilatée est appelée « mydriase ». C'est un phénomène normal qui se produit quand la luminosité est faible. La mydriase normale est dite « réactive », c’est-à-dire qu’à l’exposition lumineuse, la pupille se contracte à nouveau et rétrécit de diamètre.

Elle peut également être secondaire à une pathologie neurologique, une prise de substances toxiques ou d’autres circonstances anormales. Petit tour d'horizon.

Causes pathologiques des pupilles dilatées

La dilatation des pupilles peut être un phénomène transitoire ou permanent. Cette dilatation pupillaire peut être réactive ou aréactive, bilatérale ou unilatérale. En cas de mydriase unilatérale, on parle alors d’anisocorie c’est-à-dire de pupilles asymétriques.

Pupilles dilatées bilatéralement

Les causes de dilatations pupillaires bilatérales sont nombreuses et variées. Le traitement est celui de la cause et peut permettre la résolution des symptômes. Le plus souvent il s’agit de causes neurologiques périphériques ou centrales :

  • Le syndrome d’Adie lorsqu’il est évolué.
  • La paralysie nucléaire du nerf optique numéro III bilatérale.
  • Certaines polyradiculonévrites aiguës.
  • Certaines infections, comme le botulisme.

La dilatation pupillaire peut également être secondaire à des anomalies de l’iris (zone colorée qui entoure la pupille), donnant l’impression d’une pupille élargie, ou secondaire à la prise de médicaments, par voie orale, intraveineuse ou locale (collyre par exemple).

On pourra par exemple citer les substances atropiniques ou certains neuroleptiques ou antipsychotiques, ou encore l’exposition à des substances toxiques contenues dans des plantes comme la belladone. Le sevrage en opiacés ou en morphiniques peut également conduire à une mydriase bilatérale réactionnelle modérée.

Pupille dilatée unilatéralement

Les causes d’anisocorie sont également nombreuses :

  • la pupille d’Adie ;
  • la paralysie du nerf optique III ;
  • le glaucome aigu par fermeture de l’angle ;
  • les lésions oculaires ou de l’iris ;
  • certaines migraines rares ;
  • certaines atteintes cérébrales spécifiques ;
  • une intoxication toxicologique, à certains médicaments ou certaines drogues (par exemple les dérivés morphiniques ou opioïdes).

Le traitement de la dilatation pupillaire anormale est celui de la cause et nécessite une prise en charge médicale et un traitement spécifique.

Que faire en cas de dilatation pupillaire anormale ?

Dans tous les cas, tout signe ou symptôme anormal ou inquiétant doit vous pousser à consulter un médecin en urgence qui après examen et interrogatoire pourra décider de réaliser des examens complémentaires radiologiques et/ou biologiques.

Le médecin réalisera un examen de l’œil et de la pupille et testera les réflexes oculaires à l’aide de matériel spécialisé.

N’oubliez pas de préciser à tout professionnel de santé rencontré l’ensemble de vos antécédents médicaux et chirurgicaux et les éventuelles prises médicamenteuses en cours ou passées.

Ces pros peuvent vous aider