Prescrire le sport à la place des médicaments ?

Sommaire

Selon des études récentes, le sport serait aussi efficace que certaines traitements médicamenteux pour prévenir l'apparition de plusieurs pathologies et accompagner les malades dans leur convalescence.

Des chercheurs de la London School of Economics (Grande-Bretagne), de l'École de médecine d'Harvard, et de l'Université de Stanford se sont basés sur 305 travaux scientifiques impliquant au total 340 000 personnes pour évaluer l'impact de l'exercice physique sur diverses pathologies.

Sport et médicaments : la comparaison

Le sport, utile contre les problèmes cardiaques

L'exercice physique serait particulièrement efficace dans deux cas précis :

  • la rééducation des patients ayant fait un accident vasculaire cérébral ;
  • la prévention des complications ou de la récidive après une maladie coronarienne. Celle-ci est provoquée par le rétrécissement des artères du cœur. Elle est la forme la plus courante de maladie cardiaque. Dans le pire des cas, elle peut entrainer une crise cardiaque.

Ces observations sont basées sur les résultats de 77 essais portant sur la prévention après un accident coronarien. Les chercheurs ont établi que l'activité physique est au moins aussi efficace, voire un peu plus, que  :

  • un traitement à base de statines, des médicaments traitant le cholestérol ;
  • un traitement anti-coagulant, utilisé à la suite d'un AVC.

En revanche, les diurétiques se sont avérés bien plus efficaces que l'exercice physique dans le traitement de l'insuffisance cardiaque.

Limites de ces études scientifiques

Cependant, il est important de noter des limites à ces travaux. Les chercheurs se sont en effet retrouvés confrontés à un manque d'études sur l'impact de l'activité physique sur les pathologies cardiaques, alors qu'il existe un grand nombre d'études sur les médicaments concernant ces problèmes.

Ils recommandent donc aux autorités sanitaires de demander aux laboratoires pharmaceutiques d'inclure, lors d'essais cliniques, la comparaison de leurs nouvelles molécules avec l'exercice physique.

L'exercice physique ne peut donc pas être considéré comme une alternative à un traitement médicamenteux. Même si le sport est indispensable pour mener une vie saine et pour rester en bonne santé, les traitements sont donnés aux patients en fonction de leurs besoins individuels.

Le sport, remède à vos migraines ?

Des chercheurs de l'Université de Göteborg en Suède ont analysé la façon dont le sport agit comme traitement préventif contre les migraines, en le comparant aux exercices de relaxation et aux médicaments à base de topiramate, préconisés dans les cas de migraines.

Cette étude a été mené sur 91 patients migraineux, dont :

  • un tiers auquel on a demandé de faire du sport pendant 40 minutes 3 fois par semaine ;
  • un tiers auquel on a demandé de faire des exercices de relaxation (préconisé dans le traitement des migraines) ;
  • un tiers auquel on a administré des médicaments à base de topiramate.

Cette étude a duré 3 mois. Les modes de vie, état physiques, et activités sportives des patients ont été étudiés avant, pendant et après l'expérience.

Les migraines se sont avérées moins importantes pour les trois groupes étudiés et à des degrés relativement égaux.

Le sport agirait donc aussi efficacement que la relaxation ou les traitements médicamenteux dans la réduction des migraines. Il pourrait donc apparaître comme une alternative notamment pour les personnes ne pouvant pas prendre de traitements à bas de topiramate.

Le sport sur ordonnance

Depuis le 1er mars 2017, les médecins peuvent prescrire une activité physique adaptée aux patients atteints d'une affection de longue durée.

Après un bilan fonctionnel, le médecin peut confier la dispense de cette activité à un professionnel de santé (masseur-kinésithérapeute, ergothérapeute ou psychomotricien) ou à un professionnel titulaire d'un diplôme dans le domaine de l'activité physique adaptée, ou une certification de qualification. L'intervention d'un professionnel de santé reste cependant obligatoire pour les pathologies présentant une limitation fonctionnelle sévère. Le professionnel doit ensuite restituer régulièrement un compte-rendu au médecin.

À ce jour, ce sport sur ordonnance n'est cependant pas remboursé par la Sécurité sociale. Les patients peuvent éventuellement se tourner vers leur mutuelle.

Pour aller plus loin :

Ces pros peuvent vous aider