Vos questions sont
entre de bonnes mains

Mis à jour le 12/02/2016

Présentation

  • Suppositoire
  • Laboratoire SANOFI AVENTIS FRANCE

Prix

  • Non commercialisé depuis le : 1 Boite de 10, suppositoires secables

Mode d'administration

  • Voie d'administration : Rectale
  • RESPECTER LES MODALITES D'ADMINISTRATION

Sommaire

Composition

Excipients

GLYCERIDES HEMISYNTHETIQUES SOLIDES

Conditions de délivrance

Liste I : Médicament sur ordonnance

 : doses et durées

  • Posologie Personne de plus de 18 ans

    • Posologie Personne de plus de 18 ans 1

      RESERVE A L'ADULTE
      Voie rectale.

      Toutes indications (adultes):

      La dose recommandée est de 10 mg par prise, 1 à 3 fois par jour.
      La dose journalière maximale recommandée est de 30 mg ou 0,5 mg/kg.
      La durée de traitement maximale recommandée est de 5 jours.

      Un intervalle minimal de 6 heures entre 2 administrations doit être respecté, même en cas de vomissements ou de rejet de la dose.

      * Sujet âgé

      Chez les sujets âgés, une diminution de la dose doit être envisagée, en tenant compte de la fonction rénale et hépatique et de la fragilité globale de l’état de santé.

    • Posologie Personne de plus de 18 ans 2

      RESERVE A L'ADULTE
      Voie rectale.

      Toutes indications (adultes insuffisants rénaux terminaux (clairance de la créatinine ≤15 ml/min)):

      La dose quotidienne de l'adulte sain doit être réduite de 75%, soit une dose de 2,5 mg par prise, 1 à 3 fois par jour.
      La dose journalière maximale recommandée est de 7,5 mg ou 0,125 mg/kg.
      La durée de traitement maximale recommandée est de 5 jours.

      Un intervalle minimal de 6 heures entre 2 administrations doit être respecté, même en cas de vomissements ou de rejet de la dose.

      * Sujet âgé

      Chez les sujets âgés, une diminution de la dose doit être envisagée, en tenant compte de la fonction rénale et hépatique et de la fragilité globale de l’état de santé.

    • Posologie Personne de plus de 18 ans 3

      RESERVE A L'ADULTE
      Voie rectale.

      Toutes indications (adultes insuffisants rénal modérés à sévères terminaux (15 < clairance de la créatinine < 60 ml/min)):

      La dose quotidienne de l'adulte sain doit être réduite de 50%, soit une dose de 5 mg par prise, 1 à 3 fois par jour.
      La dose journalière maximale recommandée est de 15 mg ou 0,25 mg/kg.
      La durée de traitement maximale recommandée est de 5 jours.

      Un intervalle minimal de 6 heures entre 2 administrations doit être respecté, même en cas de vomissements ou de rejet de la dose.

      * Sujet âgé

      Chez les sujets âgés, une diminution de la dose doit être envisagée, en tenant compte de la fonction rénale et hépatique et de la fragilité globale de l’état de santé.

 : mises en garde

Précautions particulières :

Grossesse

POSSIBLE SI RAPPORT BENEFICE / RISQUE > 0

Allaitement

DECONSEILLE

Conduite

Voir la recommandation

 : interactions médicamenteuses

- Associations contre-indiquées

Antagonisme réciproque entre les agonistes dopaminergiques ou la lévodopa et le métoclopramide (voir rubrique Contre-indications).

- Associations déconseillées

Majoration par l'alcool de l'effet sédatif du métoclopramide.

- Associations à prendre en compte

En raison de l’effet prokinétique du métoclopramide, l’absorption de certains médicaments peut être modifiée.

Anticholinergiques et dérivés morphiniques
Antagonisme réciproque entre les anticholinergiques et dérivés morphiniques et le métoclopramide sur la motricité digestive.

Dépresseurs du système nerveux central (dérivés morphiniques, anxiolytiques, antihistaminiques sédatifs H1, antidépresseurs sédatifs, barbituriques, clonidine et apparentés)
Addition des effets sédatifs des dépresseurs du système nerveux central et du métoclopramide.

Neuroleptiques
Risque d’addition des effets sur la survenue de troubles extrapyramidaux.

Médicaments sérotoninergiques
Augmentation du risque de syndrome sérotoninergique en cas d’association avec les médicaments sérotoninergiques tels que les ISRS.

Digoxine
Le métoclopramide peut diminuer la biodisponibilité de la digoxine. Une surveillance étroite des concentrations plasmatiques de la digoxine est nécessaire.

Ciclosporine
Le métoclopramide augmente la biodisponibilité de la ciclosporine (Cmax augmentée de 46% et exposition systémique augmentée de 22%). Une surveillance étroite des concentrations plasmatiques de la ciclosporine est nécessaire. La conséquence clinique est incertaine.

Mivacurium and suxaméthonium
L’injection de métoclopramide peut prolonger la durée du blocage neuromusculaire, par inhibition de la cholinestérase plasmatique.

Inhibiteurs puissants du CYP2D6
Augmentation des paramètres d’exposition au métoclopramide en cas d’association avec les inhibiteurs puissants du CYP2D6 tels que la fluoxétine et la paroxétine. Bien que la pertinence clinique soit inconnue, une surveillance des effets indésirables est requise

 : effets indésirables

TROUBLES AFFECTANT PLUSIEURS ORGANES :

  • AKATHISIE
  • AMENORRHEE
  • ARRET CARDIAQUE
  • ASTHENIE
  • BLOC AURICULO VENTRICULAIRE
  • BLOC SINO AURICULAIRE
  • BRADYCARDIE
  • CEPHALEE
  • CHOC ANAPHYLACTIQUE
  • CONFUSION MENTALE
  • CONSCIENCE TROUBLE
  • CONVULSION
  • CRISE OCULOGYRE
  • DEPRESSION
  • DIARRHEE
  • DYSARTHRIE / PAROLE DIFFICULTE
  • DYSKINESIE
  • DYSPHAGIE / DEGLUTITION DIFFICULTE
  • DYSTONIE
  • ESPACE QT ALLONGE
  • FLATULENCE / METEORISME
  • GALACTORRHEE
  • GYNECOMASTIE
  • HALLUCINATION
  • HYPERPROLACTINEMIE
  • HYPERSUDATION
  • HYPERTENSION ARTERIELLE
  • HYPERTONIE MUSCULAIRE
  • HYPOTENSION ARTERIELLE
  • INSOMNIE
  • METHEMOGLOBINEMIE
  • MOUVEMENT ANORMAL
  • OEDEME DE QUINCKE / ANGIOEDEME
  • REACTION ALLERGIQUE
  • SOMNOLENCE
  • SPASME MUSCULAIRE
  • SYNCOPE
  • SYNDROME EXTRAPYRAMIDAL
  • SYNDROME NEUROLEPTIQUE MALIN
  • SYNDROME PARKINSONIEN
  • TORSADE DE POINTE
  • TREMBLEMENT
  • URTICAIRE
  • VERTIGE / ETOURDISSEMENT

Ça vous a intéressé ? Partagez !

Envoyer
 

Trouver un médicament

Ce critère permet de chercher votre médicament par :
  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).
Recherche avancée
 : fiche

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

Avec notre newsletter hebdo, recevez enfin des réponses fiables à vos questions du quotidien dans votre boite aux lettres !

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.

Merci c'est sympa d'avoir répondu !

Et avec ce guide vous trouverez encore plus d'infos

Saperlipopette ! C'est pourtant rare de nous clouer le bec.

Ce guide gratuit pourra peut-être vous aider

Diantre ! C'est pourtant rare de nous clouer le bec.

Demandez directement à nos experts ! C'est gratuit et les réponses seront personnalisées.

Poser une question

Merci c'est sympa d'avoir répondu !

Et avec ce guide vous trouverez encore plus d'infos :

Saperlipopette ! C'est pourtant rare de nous clouer le bec.

Ce guide gratuit pourra peut-être vous aider :

Diantre ! C'est pourtant rare de nous clouer le bec.

Demandez directement à nos experts : c'est gratuit et les réponses seront personnalisées.

Poser une question